Recherche avancée
visiter
3798
Date de mise à jour: 2009/07/22
Condensé de la question
la seule menace de tentative de suicide entre-t-elle dans le cadre du décret divin et de la destinée humaine?
Question
Quand une personne n'a pas l'intention de se donner la mort, mais brandit seulement la menace d'une tentative de suicide. Son acte entre-t-il ou non dans le cadre du décret divin et de la destinée humaine? Où est la place de cette personne dans l'Au-delà?
Résumé de la réponse

Pour éclaircir le premier point, nous devons nous familiariser avec l'origine des mots suivants : "le décret divin et "la destinée humaine" (appelé également le décret du destin), "la prédestination" "la prédétermination". Ensuite, nous pourrons analyser la question du décret divin et de la destinée humaine. Dans ces mots, il y a l'idée de mesure, de mesurer et d'accomplir. La prédétermination divine signifie que le Tout Puissant prévoit une limite particulière à tout type de phénomène qui se produit sous l'influence de certains éléments ou facteurs. En ce qui concerne le décret divin, lorsque les préparatifs et les conditions d'un phénomène sont réalisés, Dieu conduira celui-ci à l'étape finale. Mais en ce qui concerne les actes des humains, il faut savoir que la prédétermination divine comprend l'acte des êtres humains avec toutes ses particularités. Le libre-arbitre de l'acte humain est une de ces particularités dont on vient de parler. Ainsi, concernant les actes des êtres humains, la prédétermination divine signifie qu'une personne agit avec des conditions précises et en utilisant son libre-arbitre et non par fatalisme. Partant, pour ce qui est du suicide, compte tenu du fait que le libre-arbitre des êtres humains est prévu dans la prédétermination divine, le libre-arbitre n'a aucune contradiction avec le décret divin et la destinée humaine (le décret du destin). Toutefois, concernant la place de cette personne dans l'Au-delà, il faut dire que celle-ci dépend de la forme de son acte. Autrement dit, si son acte aboutit normalement à la mort, la sentence de son acte est le suicide et vu les récits, cet acte aura un châtiment douloureux. Mais si l'acte n'aboutit pas normalement à la mort, son châtiment dans l'Au-delà sera atténué.

Réponse détaillée

Pour répondre à cette question, il faut tout d'abord mettre l'accent sur quelques remarques:

1-       la définition du décret divin et de la destinée humaine (le décret du destin): Dans ces mots, il y a l'idée de mesure, de mesurer et d'accomplir. Il y existe également l'idée d'arbitrage. Ces termes sont aussi utilisés comme synonyme et dans le sens de "destin". La prédétermination divine signifie que le Tout Puissant prévoit une limite (temps, lieu, quantité, qualité) particulière à tout type de phénomène qui se produit sous l'influence de certains éléments ou facteurs progressifs. En ce qui concerne le décret divin, lorsque les préparatifs et les conditions d'un phénomène sont réalisés, Dieu conduira celui-ci à l'étape finale et à la réalisation.[1]

2-       La relation entre le décret du destin avec le libre-arbitre des humains: la prédétermination divine ou le destin comprend deux domaines:

a)       Un domaine qui est en dehors du libre-arbitre de l'être humain, comme les phénomènes naturels tels que l'inondation, le séisme, la tempête, etc, intervenant ainsi dans la vie de l'Homme qui ne peut que s'y résigner. Il est clair que la résignation face à ce genre de réalités divines, n'a aucune contradiction avec les efforts fournis pour empêcher les catastrophes naturelles, ou limiter les dégâts produits ou encore réparer les préjudices subis. Car, la résignation est liée au principe même de la réalisation des phénomènes qui se produisent sans l'intervention de l'Homme et la nécessité de mener des efforts a pour objectif d'empêcher les catastrophes ou de réduire leurs effets ou de réparer les préjudices subis dus à leur réalisation ce qui est tout à fait différent. Car, il est possible que la catastrophe se produise en dépit de tous les efforts déployés par l'Homme. Par exemple, on met tout dans la balance pour construire un bâtiment anti-sismique qui peut résister face à une échelle précise du séisme. Or, si un séisme plus fort se produit, on ne pourra que se résigner.

b)       Le domaine qui correspond avec les actes facultatifs de l'être humain: Ici, la prédétermination divine n'a aucune contradiction avec la volonté et le libre-arbitre des êtres humains. C'est la raison pour laquelle,  dans ce domaine, l'Homme est complètement responsable de ses actes, puisque la définition du décret du destin veut que la réalisation de tout phénomène avec ses propres caractères et conditions, soit attribuée à la volonté et à la sagesse divines. Ce que le Tout Puissant prédétermine, c'est l'acte de l'Homme avec toutes ses particularités et conditions et non sans ces dernières. Certaines de ses particularités retournent aux aspects temporels et locaux et d'autres à l'acte lui-même. Un des caractères des actes facultatifs est le libre-arbitre et le libre choix de l'acteur. Par conséquent, l'idée selon laquelle Dieu a prédéterminé les actes facultatifs de l'Homme signifie qu'une personne dans un temps et un lieu donnés accomplit un acte en utilisant sont libre arbitre et non par fatalisme. Partant, le décret divin et la destinée humaine (le décret du destin) ne sont non seulement pas en contradiction avec les actes facultatifs de l'Homme, mais encore ils le confirment. Car, la réalisation non-facultative d'un tel acte est impossible, puisque le décret du destin appartient à la réalisation facultative de l'acte et si le contraire intervient, il va au rebours du décret du destin.[2]

3) la sentence du suicide: Le suicide, sous toutes ses formes, est illicite (haram) et c'est un  péché majeur. Il est relaté de l'Imam Sadegh (béni soit-il) que "quiconque se suicide intentionnellement, restera pour toujours dans le feu de l'enfer".[3] On attribue également à l'Imam Bagher (béni soit-il) la phrase suivante: "Un croyant peut être frappé par toute sorte de malheur, il peut aussi mourir de plusieurs façons, mais il ne se suicidera point".[4] Par conséquent, si une personne se suicide pour quel que motif que ce soit, elle commet un péché majeur et elle doit s'attendre à un châtiment douloureux dans l'Au-delà.

4) La sentence pour une personne qui commet une tentative de suicide pour menacer et non pour se donner la mort: Primo, il faut dire que faire semblant de se suicider (même si cela n'aboutit pas à la mort), c'est faire semblant de commettre un péché. C'est une sorte de négligence à l'égard des instructions divines. Secundo, le cas où la tentative de suicide aboutit à la mort: si l'acte qui a été commis dans le but de menacer, finit normalement par tuer (par exemple se jeter du 4ème étage d'un immeuble, finira par tuer, même si la personne n'a pas vraiment l'intention de se suicider) il sera considéré comme un suicide et la sentence du suicide lui sera appliquée. Si l'acte commis dans l'objectif de menacer n'aboutit pas normalement à la mort, mais qui produit une mort accidentelle, la personne qui a fait semblant de se suicider n'a pas respecté les instructions divines. Cependant le châtiment qui l'attend dans l'Au-delà sera atténué parce qu'elle n'avait pas vraiment l'intention de se suicider et la sentence du suicide ne lui est pas applicable puisqu'elle ne voulait pas se donner la mort et que son acte ne conduisait pas normalement à la mort non plus.

 

Mais en ce qui concerne la question de savoir si la seule menace de tentative de suicide entre-t-elle dans le cadre du décret divin et de la destinée humaine (le décret du destin) ? Avec les explications qui ont été fournies, il est évident que tout cela est soumis à la prédétermination divine sans contradiction avec la volonté de l'Homme. Autrement dit, que la personne ait ou non sérieusement l'intention de se suicider, c'est du domaine du décret du destin. Cependant, les effets et les châtiments dans l'Au-delà diffèrent puisque cela dépend du degré de lien entre l'acte et l'Homme. En l'absence d'une sérieuse intention dans l'acte qui n'aboutit pas normalement à la mort, le lien de l'acte avec l'Homme est moindre et ses effets seront, par conséquent, moindres aussi. 



[1] Mohammad Taghi Mesbah-Yazdi, " L'enseignement des opinions", p.151

[2] "Les sciences islamiques", p.106 et 107 (quelque peu modifié et augmenté)

[3] "Men La Yahzarah al-Figh" vol.4, p.95; al-Kafi, vol.7m p.45

[4] al-Kafi, vol.3, p.112

Q traductions dans d'autres langues
commentaires
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur
S'il vous plaît entrez la valeur

Catégories

Random questions

populaire

  • Que dit l’Islam à propos des dinosaures?
    18282 COMMENTAIRE DU CORAN 2007/12/31
    Le Coran est un livre de la guidée et tout qui supporte cet objectif (celui de guider les gens) a été mentionné dans ce Livre Sacré. La méthode utilisée pour exprimer divers sujets est : celle de se concentrer sur les aspects généraux et moins sur les détails et les ...
  • Quel est le point de vu du saint Coran au sujet des enfants nés hors mariage ?
    14471 DROIT ET DISPOSITIONS DE LOI ISLAMIQUE 2010/07/22
    L'enfant nés hors mariage est un enfant bâtard (enfant né à la suite de la fornication ; de l'adultère ou d'un rapport illégal), tout comme l'enfant né d'une femme avec qui on avait l'intention de se marier et que cela n'a pas abouti. Le saint Coran et les hadiths privent ...
  • Quelle invocation doit-on faire pour se faire fortune ?
    12148 ÉTHIQUE PRATIQUE 2011/03/05
    Un individu croyant et pieux garde, dans toutes les étapes de sa vie, ses liens étroits avec Dieu et ne cesse de se rappeler de Lui pour solliciter Son aide, y compris dans ses efforts d’accéder à la richesse licite, mais, il faut tenir compte d’un point très important qui ...
  • Quelle invocation ou prière doit-on réciter pour l'acquisition de la richesse?
    11711 ÉTHIQUE PRATIQUE 2009/07/22
    Même si dans les aspects de sa vie, notamment pour collaborer avec les autres, au sein de la société, ou pour acquérir la richesse par des voies légitimes et licites, un croyant ne doit pas oublier la relation avec Dieu et lui demander son aide, cependant, il faudra qu'il tienne ...
  • comment faire pour se protéger du mauvais sort ?
    9739 COMMENTAIRE DU CORAN 2011/05/22
    le mauvais sort est un fait sans preuve indéniable qui se passe dans la tête. Beaucoup de choses concordant à un clin d’œil se passent. Le regretté Sheikh Abbas Qomi recommande de lire le verset 51 de la « sourate qalam » pour se protéger du mauvais sort. En plus de ce ...
  • apportez les explications au sujet de la période de viduité et sa raison d'être
    8889 PHILOSOPHIE DU DROIT ET DISPOSITIONS DE LOI ISLAMIQUE 2011/10/22
    la période de viduité dans le langage législatif islamique est une période au cours de laquelle une femme divorcée ou veuve ne peut contracter un nouveau mariage. Après ce délai, elle est libre de choisir un nouveau mari. Les différentes formes de période de viduité sont:1- la période de viduité ...
  • Quels sont les bienfaits du verset de la lumière ?
    8675 SCIENCES CORANIQUES 2012/08/26
    Le noble coran est un livre de la pratique, de l’action. La lecture de ce livre constitue un prélude pour réfléchir, pour avoir la foi; et elle est, également, un moyen pour en appliquer et pratiquer la teneur. Donc, toutes ces énormes récompenses sont réunies dans la lecture des versets ...
  • Pourquoi dans la religion islamique, le chien est considéré comme un animal impur ?
    7971 PHILOSOPHIE DU DROIT ET DISPOSITIONS DE LOI ISLAMIQUE 2013/01/20
    L’un des principes islamiques fondamentaux est que les disposition de la loi suivent généralement les intérêts ou reposent sur les vrais méfaits. Sans les bienfaits et les méfaits, il ne peut avoir ni ordre, ni interdiction, ni décret d’impureté ou de pureté. La question de l’impureté du chien est une ...
  • Le fait de brûler l’encens dans le but d’empêcher le mauvais sort a-t-il une preuve religieuse ?
    7924 DROIT ET DISPOSITIONS DE LOI ISLAMIQUE 2012/11/19
    La connaissance et la raison de l’homme sont incapables de saisir certaines réalités. Le mauvais sort fais partie des phénomènes que la raison et la connaissance n’ont pas encore pu prouver et il n’existe aucun argument sur lequel ont peut également s’appuyer pour renier ce fait. En consultant les textes ...
  • Je me suis masturbé, à maintes reprises? Chaque fois, je me suis repenti, mais, je m'y suis adonné, de nouveau. Je vous pris, s'il vous plaît, de me conseiller comment je peux m'en débarrasser ?
    7806 ÉTHIQUE PRATIQUE 2010/08/07
    Le péché et le vice sont un bourbier. Plus l'homme s'y enfonce, moins il en ressent la mauvaise odeur. En effet, son sens de l'odorat cesse de fonctionner et il ne s'aperçoit pas qu'il s'enfonce de plus en plus dans le bourbier. Cela étant dit, si l'homme prend une décision ...

Liens