Recherche avancée
visiter
20341
Date de mise à jour: 2011/04/12
Condensé de la question
Le châtiment des péchés tels que commettre l’adultère ou écouter de la musique (Ghina) est-il plus sévère les fois suivantes en comparaison avec la première fois, lorsqu’il se répète ?
Question
Le châtiment des péchés tels que commettre l’adultère ou écouter de la musique (Ghina) est-il plus sévère les fois suivantes en comparaison avec la première fois, lorsqu’il se répète ?
Résumé de la réponse

La persistance dans un péché a deux significations : d’abord, répéter le péché et ensuite commettre un péché sans se repentir et implorer le pardon de Dieu. La persistance dans le péché a des effets et des conséquences graves. Dans les versets du noble Coran et les récits, une telle chose est blâmée. La transformation du péché mineur en péché majeur, l’exclusion du cercle de la piété, le malheur, la non-soumission en vers Dieu et arriver à la frontière de la mécréance (Kufr) et de l’athéisme sont parmi les effets négatifs de la persistance dans le péché. L’un des effets de la répétition et de la persistance dans le péché, c’est l’aggravation du châtiment  qui lui est réservé, dans le monde d’ici-bas et dans l’Au-delà. Comme lorsqu’une personne commet un péché majeur. Les deux première fois, elle sera soumise à la peine fixée par la Loi coranique, et la troisième fois, ce sera la peine de mort.

Réponse détaillée

Voyons tout d’abord quelle est la règle générale concernant la persistance dans le péché et quelle est la définition de celle-ci. La persistance dans le péché a deux significations :

1-     La répétition du péché : Cela va sans dire que l’on entend de la persistance, la répétition d’un péché sans ressentir un regret quelconque. On dit généralement qu’il y a continuité dans ce péché et il va de soi que celui qui insiste sur un péché, il n’a aucun regret pour le commettre.

2-     Commettre un péché (même une seule fois) sans avoir la volonté de se repentir et d’implorer le pardon de Dieu. Dans un récit rapporté de l’Imam Bagher (béni soit-il) il est dit : « La persistance dans le péché c’est lorsque quelqu’un commet un péché et qu’il n’implore pas le pardon de Dieu et qu’il ne prenne pas la décision de se repentir ».[1]  Dans un autre hadith rapporté du noble Prophète de l’Islam, le vénéré Mohammad (que le salut de Dieu soir sur lui et sur ses descendants) il est dit : «  Celui qui implore le pardon de Dieu n’insiste pas sur le péché, même s’il répète soixante dix fois le même péché dans la journée ».[2] Compte tenu de ces hadiths et d’autres hadiths qui existent sur le sujet, il devient clair que la persistance  dans le péché prend tout son sens lorsqu’elle n’est pas suivie de repentance ou de demande de pardon à Dieu.

Les effets de la persistance dans le péché :

Dans les versets du noble Coran, les hadiths et les récits, la persistance dans le péché est très blâmée. Il y est indiqué les effets néfastes d’un tel acte qui sont les suivants :

1-     La transformation d’un péché mineur en un péché majeur : Il est dit dans un hadith qu’aucun péché mineur n’est accompagné de la persistance et qu’aucun péché majeur n’est accompagné d’une imploration pour demander le pardon à Dieu.[3] Autrement dit, cela signifie que lorsqu’une personne persiste et signe pour commettre un péché, même s’il s’agit d’un péché mineur, celui-ci se transforme en un péché majeur ; et que lorsqu’une personne implore le pardon de Dieu et fait acte de repentance pour un péché majeur, rendra ce dernier mineur.

2-     L’exclusion du cercle de la piété : le saint Coran dit au sujet des gens pieux que : «  Ceux qui, s’ils commettent quelque turpitude ou causent quelque préjudice à eux-mêmes, s’adressent à Dieu et demandent pardon pour leurs péchés- qui est-ce qui pardonne les péchés sinon Dieu ?- et ne persistent plus dans ce qu’ils ont commis une fois qu’ils savent ».[4]

3-     La non-soumission à Dieu : L’Imam Sadegh (béni soit-il) a dit : «  Je jure devant Dieu que le Très Haut n’acceptera pas, la soumission, les prières et les invocations d’une personne qui persiste dans son péché. [5]

4-     Le malheur : L’Imam Sadegh (béni soit-il) a dit : « le vénéré Mohammad (que le salut de Dieu soir sur lui et sur ses descendants) a dit que les signes du malheur sont : les yeux secs (dépourvus de larmes), la cruauté, une forte avidité dans le monde d’ici-bas et la persistance dans le péché ».[6]

5-     La disparition de ressentiment à l’égard du péché.

6-     Arriver à la frontière de la mécréance (Kufr) et de l’athéisme : A ce propos, le noble Coran dit : « La fin de ceux qui commettent le mal (impiété, idolâtrie, polythéisme, péchés, injustices) fut qu’ils nièrent les versets de Dieu et les tournèrent en dérision ».[7]

7-     L’aggravation du châtiment réservé dans le monde d’ici-bas et dans l’Au-delà: Il est dit dans les hadiths que lorsqu’une personne commet un péché majeur, les deux première fois, elle sera soumise à la peine fixée par la Loi coranique, et la troisième fois, ce sera la peine de mort.[8] Il en est de même pour ce qui est de cet acte hideux et déplorable qu’est l’adultère. Les trois première fois c’est une peine de coup de fouet qui est prévu pour l’adultère et la quatrième fois, ce sera la peine de mort.[9]

Par conséquent, après avoir commis un péché aussi mineur soit-il, l’on doit rapidement faire acte de repentance, sans avoir l’intention de recommencer, puisque la persistance dans le péché et sa répétition, éloignent petit à petit le croyant de son Dieu, noircissent son cœur et il n’aura plus jamais le bonheur de se repentir.



[1]- Abou Ja'far Mohammad Ibn Yaqoub al- Koleyni,  al-Usûl al.Kâfi tome 2, p.288 , hadith n°2.

[2] - Anwar al-tanzil, vol.1, p.182.

[3] - Abou Ja'far Mohammad Ibn Yaqoub al- Koleyni, al-Usûl al.Kâfi tome 2, p.282 , hadith n°1.

[4] - La sainte sourate la Famille d’Amran, 135.

[5] - Abou Ja'far Mohammad Ibn Yaqoub al- Koleyni, al-Usûl al.Kâfi tome 2, p.288 , hadith n°3.

[6] - Cheikh Hur al-Ameli, Wasael al- shia, vol.15, p.337, hadith n°20680.

[7] - La sainte sourate les Byzantins, 10.

[8] - Abou Ja'far Mohammad Ibn Yaqoub al- Koleyni, al-Usûl al.Kâfi tome 7, p.191, hadith n°2.

[9] - Ibid, hadith n°1.

Q traductions dans d'autres langues
commentaires
nombre de commentaires 0
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur
S'il vous plaît entrez la valeur

catégorie

Random questions

populaire