Recherche avancée
visiter
6551
Date de mise à jour: 2010/09/23
Condensé de la question
Quelle est la position de l’Islam vis – à- vis de ceux qui bénéficient des crédits et des facilités proposés par les banques et les institutions financières ?
Question
Au sujet des crédits et facilités bancaires que les banques mettent à la disposition des gens, est – il islamiquement permit ?
Résumé de la réponse
Continue...
Réponse détaillée

Recevoir les crédits et les facilités bancaires ne représentent  aucun problème du moment où il n’est pas question de taux d’intérêt et que cela se déroule conformément aux termes fixés par le créancier. Nous présentons sommairement certaines conduites à tenir :

1- Le crédit dont vous bénéficiez ne doit pas avoir été conditionné par une épargne préalable dans cette banque ou institut financier. L’Ayatollah Khamenei déclare à propos : « Si vous déposez de l’argent dans une banque sous forme d’épargne – crédit pour un bout de temps sous condition que passé – ce délai, la banque vous accorde un crédit, ou si la banque impose un dépôt de somme préalable avant d’octroyé un crédit, cette condition est considérée comme l’usure et par conséquent interdit islamiquement. Mais le crédit en soit est conforme pour les deux parties[1].

D’autres conditions comme appartenir à la clientèle de la banque ou être domicilié à proximité de la banque – qui limitent considérablement l’attribution des crédits – ne présentent aucun problème. Il n’y a pas aussi de problème si on ouvre un compte épargne dans la boîte si cela est destiné à limiter le nombre de personnes à qui la banque veut attribuer de crédit. Mais si cela vise à conditionner l’obtention d’un crédit à l’avenir, c’est – à- dire que ceux qui demandent un crédit doivent préalablement déposer un montant à la banque, cette condition est considéré comme bénéfice et de ce fait nulle[2].

2- Le bénéfice ne doit pas être une condition pour octroyer ou recevoir des crédits des banques. Donner le crédit à la banque est pareil avec recevoir un prêt de celle – ci. Tout contrat de crédit avec profit comme condition est interdit car, cela s’assimile au crédit. Peu importe si l’argent déposé à la banque est sous forme de compte bloqué- c’est – à- dire que celui qui dépose de l’argent ne peut y effectuer des prélèvements durant la période définie dans le contrat – ou compte courant, tout comme le propriétaire de l’argent ne doit viser aucun profit en retour. Et il ne doit pas considérer la banque comme redevable à lui si celle – ci ne lui verse pas d’intérêt. Ainsi, déposer de l’argent dans cette banque est alors permise et ne présente aucun problème[3].

3- Recevoir un prêt de la banque en tant qu’entreprise ne représente aucun problème, tout comme effectuer toute autre transaction islamiquement légale. L’Ayatollah Khamenei déclare : «  Recevoir un crédit d’une banque en tant que société ou toute autre transaction légale est juste. Cela ne s’assimile pas à l’attribution ou l’obtention d’un prêt. Les profits que la banque tire de ce genre de transaction légale n’est pas l’usure. Donc recevoir de l’argent de la banque pour par exemple acheter, construire une maison ou le dépenser d’une autre manière ne représente aucun problème. Le prêt pris comme crédit conditionné par le prélèvement d’un montant supplémentaire – quoique le prêt d’usure est interdit selon les dispositions de la loi islamique – ne présente aucun problème dans le cadre de la législation conventionnelle et celui qui bénéficie de ce genre de prêt peut en disposer à sa guise »[4].

L’argent que les gens reçoivent des banques au titre de crédit d’aide ou autre auquel ils versent une somme supplémentaire n’est licite que si cela se passe conformément à la loi islamique sans ???. Notons quand même que si quelqu’un affirme qu’il était en situation d’urgence, on ne parlera pas d’aucune intention d’usure[5]. L’ayatollah Khamenei déclare : «  L’usure est interdite. Recevoir de la banque une somme d’argent qu’on remboursera avec un surplus est interdit, sauf en cas de force majeure où transgresser une interdiction est autorisé. Mais pour éviter de transgresser une interdiction, on ne doit pas penser au surplus qu’il doit verser, quoiqu’il sache qu’on le lui réclamera[6].

Nous serons honorés de répondre à vos questions et vous présenter des résultats complets à ce sujet.



[1] - Tawzih ul masâ’il (al mahasha li Imam Khomeiny) vol 2, page 405, question 1786.

[2] - Tawizih ul masâ’il (al mahasha li Imam Khomeiny) vol 2, page 423, question 1787.

[3] - Tawzih ul masâ’il (al mahasha li Imam Khomeiny) vol2, page 906, extrait du code pratique de l’Ayatollah Bahjat.

[4] - Tawizih ul masâ’il (al mahasha li Imam Khomeiny) vol 2, disposition sur les banques, page 935, l’Ayatollah Khamenei.

[5] - Tawzih ul masâ’il (al mahasha li Imam Khomeiny) vol 2, page 915, extrait du code pratique de l’Ayatollah Makarim shirazi.

[6] - tawzih ul masâ’il Marji, vol 2, page 935, page 1911, extrait de la question 608.

Q traductions dans d'autres langues
commentaires
nombre de commentaires 0
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur
S'il vous plaît entrez la valeur

catégorie

Random questions

populaire